eShop

1...34567
Cliquez pour agrandir l'image

Abdelmajid Benjelloun 

Abdelhaï Diouri, le peintre de la mémoire échappante
et/ou de l'imaginaire sépia? Il y a cette caractéristique fondamentale à la limite de la normale: les choses acquièrent vérité dès lorsqu'un scientifique en parle.
De même que les choses de l'art acquièrent beauté dès lors qu'un artiste les pratique.
Comme si la beauté formelle des êtres et des choses  devait passer impérativement au préalable par l'artiste. Naturellement, il y a de l'exagération certaine dans ce propos, mais il y a aussi du vrai.
Chacun sa spécialité, dirait-on. Soit, mais les choses se compliquent nécessairement dès lors, comme c'est le cas, depuis un certain temps déjà, que le savoir devient de plus en plus diffus, sortant des limites qui lui étaient imposées par le passé.
Mais en tout état de cause, nous demeurons forcément des touristes dans l'âme des artistes dont nous apprécions les oeuvres. Je dis des touristes et non des résidents. Et heureusement qu'il en est ainsi. Et c'est en cette qualité(j'ajouterais: à cette condition) que je commets ces lignes sur mon ami, le peintre Abdelhaï Diouri.
Ceci étant dit, la mémoire, ou plutôt un travail tenace et harassant, sur la mémoire, est, selon toute apparence, au coeur de l'oeuvre d'Abdelhaï Diouri. Tant il est vrai que nous avons l'impression qu'il n'existe qu'une différence ténue entre les tableaux qui se succèdent dans son oeuvre. Comme si ce qui distingue l'un de l'autre, et ainsi de suite, c'est précisément un progrès réalisé par sa mémoire, au fur et  mesure du temps. Il y a comme une magnifique obsession dans le travail pictural de Diouri. 


1...34567

Copyright © 2012. tous droits réservésdiouri.net